Une vision d’un cabinet de médecine esthétique dans le futur

Et si nous passions de médecine esthétique à médecine de la longévité ?

Entre prévention ou plutôt prise de conscience ( une personne fumeuse ne pourra pas prétendre à une santé optimale ), prédictive grâce aux tests de plus en plus précis et surtout personnalisable.

Une médecine entre science-fiction et réalité, à quoi pourrait ressembler la consultation dans un futur proche ? Mais surtout en quoi le cabinet a un rôle important dans le parcours du patient ?

Plongeons nous dans un futur proche ou il sera étonnant de constater à quel point la cabinet va devenir un laboratoire de la vie contemporaine.

Des rendez-vous pris sur un coup de tête, mais en finalité, la prise de rendez-vous ne serait-elle pas le traitement recherché par ce patient ?

Comme si la simple idée devenait effet placebo, la simple idée de consulter ne tiendrait qu’à une envie fugace.

La consultation est devenue hyper connectée puisque le patient se retrouve photographié pour être traité sur un iPad, numérisé pour être envoyé par wifi sur d’autres écrans de praticiens via des groupes de discutions entre confrères en attendant le verdict, la sage décision, le conseil venant d’une consœurs à l’autre bout du pays.

Cette prise en charge du patient intégrant l’avis des confrères, mais aussi la possibilité de multitudes de traitements sur des plateaux techniques quasi neufs permet à cette médecine esthétique d’apporter une réponse standardisée face à une patientèle se dirigeant vers une pensée clonée, commune pour faire un face à face avec la dysmophophobie, à quand le volte face ?

Les cabinets vont donc devenir de véritables centres de vie : Ils prendront en compte de plus en plus de fonctions. Aujourd’hui, on y retrouve l’ensemble des spécialistes allant de la dentisterie en passant par la chirurgie de l’obésité, par l’experte en cosmétologie et la spécialiste du maquillage permanent voir même du détatouage…

A tel point qu’après avoir envisagé des plateaux médicaux se limitant à ses actes, on pourra bientôt installer d’autres fonctions dans ces cabinets, comme un psychologue, un sophrologue, et pourquoi pas un coiffeur ? Le cabinet se transforme petit à petit en centre commercial de l’anti-âge, de l’éclat, de la beauté, le praticien parle même de “client” c’est même déjà l’indice d’un ailleurs.

Finalement nous nous sentons bien dans un cabinet. Mais pourtant les cabinets sont des lieux qui ne vivent que pour leur fonction. Surtout, il leur manque l’exotisme. Certains cabinets ont une décoration très personnelle. Mais dans l’ensemble, ils sont tous pareils. Il y a la même acoustique et le même climat…Heureusement que le praticien est encore là pour mener la danse..

Pour en savoir plus, découvrez nos prestations.
L’équipe Karma Communication Santé Beauté.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux